Terme : Glucides

« Back to Glossary Index

Les glucides (ou hydrate de charbonne) font partis avec les lipides et les protéines des trois grandes familles de macronutriments. Leurs rôles est d’apporter de l’énergie à notre corps à travers les calories. On peut les classer en deux catégories :


Les glucides simple.

Ils sont constitué de petite molécules (une ou deux) et ils donnent une saveur sucrée aux aliments. Par ailleurs, ils peuvent être présent naturellement dans l’aliment ou être ajouté par l’industrie agro alimentaire. On les retrouve dans :

  • Le miel.
  • Le sirop d’agave.
  • Le sucre de table.
  • les fruits.
  • Les légumes.
  • Les produits laitiers sous forme de lactose.
  • Dans l’alimentation industrielle, car les industrielles en ajoute en tant qu’exhausteur de goût ou conservateur. (biscuits, friandises, gâteaux). Vous pouvez lire un excellent article sur les sucres cachés dans l’alimentation.
Sucre simple lexique

Faut-il en consommer ?

Les glucides sont indispensables à l’organisme. Toutefois, après absorption ils provoquent une hausse de la glycémie ce qui favorise le stockage des graisses. Par conséquent, il faut modérer sa consommation et privilégier les sucres d’origines naturelles comme le miel ou les fruits qui contiennent du fructose (sucre à indice glycémique modéré)


Les glucides complexes.

Ils sont constitués de grosses molécules complexes d’ou leurs noms et ils ont un goût non sucré. On les retrouve dans :

  • Les pâtes.
  • Les pommes de terres.
  • Le pain.
  • Les céréales (blé, avoine, quinoa).
  • Les légumineuses (haricot rouge, blanc et lentille).
sucre complexe lexique

Faut-il en consommer ?

Il faut bien entendu consommer des glucides en privilégiant les indices glycémiques bas et modéré (on vous dit tout sur l’IG ici). Il faut également faire attention à sa consommation de glucide et composer des repas équilibré pour bénéficier pleinement de leurs avantages et rester en bonne santé.


Quels sont les risques d’une consommation excessive en glucide

  • La prise de poids pouvant aller jusqu’à l’obésité.
  • La fatigue provoquée par une hausse de la glycémie qui en retombant va produire un effet « coup de barre ».
  • Augmentation du risque de diabète de type 2.

« Retour à l'index du glossaire